La FEI s’apprête à faire machine arrière sur les guêtres postérieures

Crédit : Héloïse Cuny

Lundi 29 octobre - 10h17 | Sébastien Roullier (avec Célia Bellot et Sophie Lebeuf)

La FEI s’apprête à faire machine arrière sur les guêtres postérieures

Après avoir proclamé sa volonté d’interdire toutes les guêtres visant à améliorer le passage de postérieurs des chevaux dans les épreuves de saut d’obstacles, et l’avoir concrètement traduit de façon assez stricte au printemps dernier, la Fédération équestre internationale soumettra au vote de son assemblée générale une nouvelle proposition de réforme bien plus limitée. Sans l’intervention du Club des propriétaires et de la Fédération belge, les guêtres à double coque seraient même revenues dans les épreuves Jeunes Chevaux…

Le 22 novembre 2017 à Montevideo, l’assemblée générale de la Fédération équestre internationale avait voté à une large majorité l’interdiction progressive des guêtres postérieures visant à améliorer artificiellement le geste de balancier des chevaux dans les épreuves de saut d’obstacles. Afin de ne pas fausser le jeu des qualifications olympiques, et donc de ne pas désavantager les cavaliers usant de cet artifice technique sur leurs chevaux, l’instance avait décidé de n’appliquer ce nouveau règlement le 1er janvier 2019 qu’aux CSI Poneys, Enfants, Amateurs et Vétérans, puis aux CSI Juniors, Jeunes Cavaliers et U25 le 1er janvier 2020 et enfin à tous les CSI, y compris ceux labellisés 1 à 5*, le 1er janvier 2021.
 
Dans le numéro 98 de son magazine, paru en juillet 2018, quelques semaines après la polémique survenue lors de la finale de la Coupe du monde Longines de Paris, Grand Prix avait tenté d’approfondir le sujet, donnant la parole à de nombreux acteurs du sport. Ainsi, le Docteur Thierry Grisard, vétérinaire officiant régulièrement en CSI, avait approuvé la décision de la FEI, expliquant notamment que “juste avant la phase de propulsion et au plané, les guêtres pincent un peu les chevaux. Pour se soustraire au sentiment d’être serrés, en fonction de leur gestuelle, certains fléchissent davantage les postérieurs tandis que d’autres étendent plus fortement leur dos et leur bassin. […] Ce n’est peut-être pas de la torture, mais c’est un moyen de pression sur le cheval, comme peuvent l’être certains mors ou petits artifices placés dans les muserolles. […] Il est sûr que leur utilisation favorise statistiquement certaines tendinopathies des postérieurs, plus fréquentes chez les chevaux qui en portent. En outre, le fait qu’il ne s’agisse pas de simples protections, mais d’un moyen de pression, peut être considéré comme un mauvais traitement. Je n’irai pas jusqu’au terme de maltraitance, mais il s’agit bien d’une méthode coercitive.”
 
Pour sa part, répondant aux questions de Grand Prix, la FEI avait livré des indications assez précises quant aux limites techniques qui seraient imposées aux cavaliers, qu’il s’agisse de la constitution, de la taille et du type de fermetures des guêtres. Elle assurait alors que tous les modèles à doubles coques seraient interdits, que la hauteur interne ne devrait plus dépasser 16cm – et la hauteur externe, 5cm – et que seuls les scratches non élastiques seraient désormais autorisés. En somme, il ne devait plus s’agir que de simples protège-boulets. À ce stade, la FEI comptait préciser encore sa règlementation, y compris au niveau du serrage, pour mieux la faire appliquer.
 

« Un large processus de consultation », dit la FEI

« Un large processus de consultation », dit la FEI - La FEI s’apprête à faire machine arrière sur les guêtres postérieures

Voici la nouvelle proposition du comité de jumping de la FEI concernant les types de fermeture autorisés.
Crédit : FEI

 
Cependant, de façon totalement inattendue, même si cette réforme déplaisait à plus d’un acteur du haut niveau – le marchand et organisateur belge Stephan Conter, ainsi que son cavalier allemand Daniel Deusser l’avaient d’ailleurs exprimé dans les colonnes de Grand Prix – le comité de saut d’obstacles de la FEI a alors proposé d’inverser la vapeur. À l’issue d’une réunion tenue le 3 juillet, après avoir pris connaissance des remarques et impressions émises par différentes parties prenantes, l’instance dirigée depuis novembre 2017 par le juge 4* allemand Stephen Ellenbruch émet une nouvelle proposition documentée en vue de la prochaine assemblée générale (lire ici, à partir de la page 15). D’abord, les fameuses “doubles coques” refont leur apparition parmi les équipements autorisés, de même que les fermetures élastiques à Velcro, à crans ou encore de type crochet-œillet. Enfin, la hauteur repasse à 20cm. En outre, sur ce document officiel, il n’est plus fait mention de règlements spécifiques aux CSI Jeunes Chevaux, où seuls les simples protège-boulets sont admis depuis 2011. “Cet avant-projet est le résultat d’un large processus de consultation, où les retours de toutes nos Fédérations nationales membres et parties prenantes ont été considérés”, assure un porte-parole de la FEI.
 
Face à ce qu’ils considèrent comme un retour en arrière, d’autres acteurs font valoir leur point de vue, cette fois de manière officielle, dans le cadre du processus de débat ouvert avant les assemblées générales. Dans un nouveau document publié le 24 octobre (lire ici à partir de la fin de la page 16), on peut ainsi lire cette remarque de la Fédération belge: “Nous ne comprenons pas la logique d’autoriser l’utilisation des doubles coques sur les jeunes chevaux. Ce n’était pas autorisé par le passé et ne devrait pas l’être dans le futur, l’impact de ces guêtres sur les chevaux ayant été prouvé.” Si la Fédération canadienne juge au contraire que la FEI se montre encore trop sévère et qu’elle devrait appliquer sa réforme de façon plus graduelle, son homologue allemande approuve le nouveau texte sans réserve. De leur côté, les fédés suisse et irlandaise réclament que seules les fermetures à Velcro non élastiques soient autorisées, la première indiquant qu’elle l’exigerait dès le 1er janvier 2019 dans toutes ses épreuves nationales.
 

« Fair-play, bien-être du cheval et image de notre sport », défend le JOC

 
Le coup le plus dur est porté par le Club des propriétaires (ou Jumping Owners Club), présidé depuis décembre dernier par le Français Dominique Mégret. “La problématique des guêtres postérieures a toujours été une question majeure pour nos membres, et ce pour plusieurs raisons, dont le fair-play des compétitions, le bien-être du cheval et l’image de notre sport. C’est pourquoi le JOC, résolument en faveur d’une interdiction de l’usage des guêtres postérieures, a soutenu la décision de la FEI de les proscrire définitivement au 1er janvier 2021. C’est aussi pourquoi nous étions globalement en accord avec l’ébauche qui nous avait été présentée par le comité de saut d’obstacles le 25 juin – nous n’avions demandé que de légères modifications sur les systèmes de fermeture. De notre point de vue, la nouvelle description datant du 4 juillet soulève bien davantage de questions. Nous craignons qu’elle puisse être mal interprétée et ouvrir la porte à de nouvelles dérives dont nous devons prémunir notre sport. Cette description va dans la bonne direction, mais dans l’état actuel des choses, nous ne pensons pas qu’elle puisse être considérée comme une interdiction des guêtres postérieures telle que la FEI l’avait officiellement annoncée. Surtout, si les guêtres à doubles coques restaient autorisées et que cette nouvelle description s’appliquait également aux jeunes chevaux, pour lesquels la description est actuellement plus stricte, cela pourrait être interprété comme un retour en arrière de la FEI. Le JOC considère donc qu’il ne faut autoriser que les guêtres à des fins de protection et qu’il faut se conformer à la volonté exprimée par la FEI d’interdire l’utilisation des autres, ce qui devrait conduire à une description strictement fondée sur ce qui est actuellement applicable aux épreuves Jeunes Chevaux.”
 
Toujours dans ce document du 24 octobre, voici la réponse du comité de jumping: “Le comité reconnaît que, compte tenu de la nature des compétitions Jeunes Chevaux, ouvertes à des chevaux moins expérimentés que ceux engagés dans les autres CSI, on ne devrait pas y autoriser le type de guêtres décrit dans la règle en vigueur. Pour ceux participant aux compétitions régulières dans le cadre de concours FEI, le Comité convient que les guêtres comprenant une coque de protection interne et une coque de protection externe devraient être autorisées dès lors qu’elles ne comportent pas de point de pression et qu’elles respectent les restrictions en termes de longueur et de type de fixation.” Dans sa proposition finale, à noter que les fermetures à Velcro ont disparu, au profit des seuls systèmes à crans et crochet-œillet.
 
Cette réforme sera discutée une dernière fois le 19 novembre à Manama, à Bahreïn, lors de la préséance de l’assemblée générale dédiée aux modifications réglementaires, avant d’être mise au vote le lendemain. Nul doute que ces derniers éléments relanceront le débat entre les pro et les anti…

À lire également...

Réagissez

  • mire - le 29/10

    welmeyer , à vous suivre, il faudra deux catégories par épreuves, celle des propriétaires raisonnables et celle des opportunistes, ce serait assez comique de comparer les résultats……………!!

  • weltmeyer - le 29/10

    Afin de garantir le bien être des chevaux, la solution vient des propriétaires en incluant dans le contrat d'exploitation, de valorisation de leurs chevaux signé avec le cavalier un clause spécifique interdisant l’utilisation de façon irrévocable sous prétexte de retrait sine die du cheval des installations, avec poursuites, dommages et intérêts, restitution de la part des gains revenant au cavalier, etc....

  • OrientdeFrebourg - le 29/10

    Encore une fois la FEI fait montre de son incapacité à trancher. Le public a exprimé son exaspération lors de la finale de Coupe du Monde l'an dernier à Bercy, les propriétaires et les vétérinaires ont fait part de leur volonté d'interdire ces guêtres qui dénaturent le geste et l'équilibre des chevaux! Une vaste Tartufferie de plus pour notre triste FEI au caractère Flambiesque!

Le mag

GRANDPRIX #102 GRANDPRIX n°102 DÉCEMBRE

GRANDPRIX #102

(GRANDPRIX n°102 DÉCEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter