Niels Bruynseels enflamme La Croisette !

Niels Bruynseels et Gancia de Muze sous les lumières de Cannes
Crédit : © Sportfot

Samedi 08 juin - 23h57 | Mélina Massias

Niels Bruynseels enflamme La Croisette !

Parmi les dix barragistes, Niels Bruynseels a été le plus rapide. En selle sur la véloce Gancia de Muze, le Belge est le troisième à faire résonner la Brabançonne sur le circuit de Jan Tops cette saison. Scott Brash et Hello Mr President montent ce soir sur la deuxième marche du podium, devant Daniel Deusser, qui a bien failli remporter coup sur coup deux étapes du Longines Global Champions Tour. Seul Français qualifié pour le barrage, Olivier Perreau a laissé une malheureuse barre à terre avec Venizia d’Aiguilly, qui ne cesse d’impressionner, week-end après week-end. Le duo termine à la sixième place.  

Douze obstacles et seize efforts. Voilà ce que les cavaliers avaient pour tâche de franchir sans commettre la moindre erreur, ce soir à Cannes. Six Tricolores sont parvenus à se qualifier pour le Grand Prix, étape reine du Longines Global Champions Tour de Cannes. Parmi eux, seul Olivier Perreau et son épatante Venizia d’Aiguilly, récente lauréate de l’épreuve du Saut Hermès du concours éponyme, en mars dernier, et d'un Grand Prix 4* à Gorla Minore, début avril, ont accédé à l'ultime épreuve de vitesse. Sur les dix barragistes, les Pays-Bas et la Belgique étaient les mieux représentés, avec deux concurrents chacun. 
 

Un parcours savamment dosé

Le premier tour a proposé un spectacle équilibré. Savamment construit par le Français Grégory Bodo, le parcours était piégeux, mais n’a jamais mis les chevaux à l’effort.
Premiers à s’élancer, Philippe Rozier et le jeune Prestige Kalone, neuf ans, sortent de piste avec dix points. De bonne augure pour la suite pour le prometteur fils de Potteur du Manaou. Titouan Schoumarer et Atome Z, impressionnants à Shanghai il y a quelques semaines, accusent ce soir douze points. Le double, placé en numéro dix aura été fatal au couple, tout comme le dernier obstacle, qui a piégé plusieurs couples expérimentés, et notamment Marcus Ehning qui tenait un ticket pour le barrage avec Cristy. Julien Anquetin et Gravity of Greenhill se sont également fait surprendre par cet oxer sur bidet numéro treize. Après une faute sur le numéro un, le couple avait parfaitement négocié le reste du parcours jusqu’à cet obstacle fatidique. Deux refus de Gravity of Greenhill ont éliminé la paire. Edward Levy et Drag du buisson Z, qui faisait jusqu’ici démonstration de ses moyens phénoménaux, ne sont finalement pas allés au terme de leur parcours, à la suite de trois fautes consécutives. Enfin, le dernier des six duo français, formé par Julien Épaillard et Usual Suspect d’Auge, a laissé deux barres à terre.
Le premier à avoir signé un sans faute est Bassem Mohammed. Avec Gunter, le Qatarien a trouvé toutes les clefs du parcours du soir. Karel Cox a failli ouvrir les portes du barrage, mais le temps dépassé a contraint le Belge et son Evert à en rester là. Finalement, ce sont les surprenants Shane Breen et Ipswich van de Wolfsakker, qui ont débloqué le compteur des sans-faute. Malgré quelques frayeurs sur l’entrée de double et la palanque numéro douze, l’Irlandais a laissé sa joie s’exprimer en franchissant la ligne d’arrivée. Huit autres noms sont venus s’ajouter à la liste des heureux élus, qualifiés pour tenter de remporter le convoité Grand Prix. Parmi eux, les deux van der Vleuten, Maikel d’abord, puis Eric, ont déroulé deux démonstrations. Le premier, avec un Verdi plus fringuant que jamais, n’a jamais tremblé tout au long de son parcours. Comme à son habitude, l’étalon, fils de Quidam de Revel a montré ses talents d’acrobate au public de Cannes en exécutant une petite ruade de joie à l’issue de son parcours. Le père, Eric van der Vleuten imite son fils avec Wunschkind 19. 
 

Hégémonie belge sur le circuit du Longines Global Champions Tour

Au barrage, Shane Breen a été le premier à réaliser le parcours parfait, bien aidé par la chance sur le dernier vertical de ce tracé raccourci. Daniel Deusser, numéro cinq à partir n’a pas fait de manière. Avec l’atypique Calisto Blue, le cavalier allemand a abaissé le chronomètre de plus de deux secondes et a ainsi pris les commandes de l’épreuve. Déjà vainqueur à Hambourg le week-end dernier avec Jasmien v. Bisschop, celui qui porte de nouveau la veste rouge de la Mannschaft a bien cru être en passe de remporter une deuxième victoire consécutive. Mais c’était sans compter sur Niels Bruynseels et Gancia de Muze. Le couple belge est parti sur les chapeaux de roue et a conservé un train d’enfer, obstacle après obstacle. Après avoir enflammé le public, il ne restait plus qu’un concurrent pour tenter de détrôner Niels Bruysneels. Scott Brash n’a pas ménagé sa peine avec Hello Mr President, qui apparaissait déjà très ému sur les tours précédents. Malgré tout, l’Écossais est parvenu à boucler un nouveau tour parfait, avec seulement quatre-vingt-dix-sept centièmes de retard sur l’imbattable temps de Niels Bruysneels et Gancia de Muze. Pieter Devos et Espoir terminent quatrième, devant Shane Breen. Olivier Perreau, le plus rapide des quatre points peut être fier de la nouvelle très bonne performance de Venizia d’Aiguilly, qui termine sixième, face à un plateau relevé.
Avec cette nouvelle victoire, Niels Bruynseels est le troisième Belge à remporter une étape du Longines Global Champions Tour cette saison, et par la même occasion, à se qualifier pour les play-offs de Prague.

Résultats complets.
 

À lire également...

Réagissez

  • ALBERT MUDA - le 09/06

    Excellent du début à la fin du concours , M. G. Bodo . Un très beau grand prix et quel barrage !

Le mag

GRANDPRIX #109 GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE

GRANDPRIX #109

(GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter