Jessica von Bredow-Werndl signe le doublé dans le Grand Prix Freestyle de Doha, Damsey FRH prend sa retraite sur une très belle note

Temps fort du Commercial Bank CHI Al Shaqab pour les dresseurs, le Grand Prix Freestyle Longines a livré aux fans de belles reprises. L’hégémonie germanique, et plus précisément celle des Allemandes, a été sans conteste. Jessica von Bredow-Werndl, dernière à s’élancer cette après-midi au Qatar aux rênes de Zaire-E, a réitéré sa performance de la veille dans le Grand Prix. Derrière, Damsey FRH, fidèle compagnon de route d’Helen Langehanenberg tire sa révérence avec une excellente deuxième place. Dorothée Schneider complète ce trio de tête tout au féminin avec Faustus 94. Pas en reste, la Française Morgan Barbançon est cinquième.



La joie de Jessica von Bredow-Werndl.

© Stefano Grasso / CHI Al Shaqab

Au Qatar, à Doha, dans les enceintes du Commercial Bank CHI Al Shaqab, un des rares CDI 5* de ce début d’année a eu lieu ce week-end. Après avoir triomphé sans surprise vendredi, l’Allemande Jessica von Bredow-Werndl a réitéré sa performance, samedi 27 février, dans le Grand Prix Freestyle. Toujours accompagnée par Zaire-E, dix-sept ans, la Germanique a été créditée de l’excellente moyenne de 84,780 %. Avec un thème musical assez enjoué et rafraîchissant, l’amazone n’a pas tremblé, malgré une très légère fébrilité de la part de sa monture dans la dernière ligne de leur reprise. 

Sortie de piste avec un large sourire, Jessica von Bredow-Werndl avait déjà compris que sa performance lui octroierait une nouvelle victoire. Et les notes des juges, Maria Colliander, Henning Lehrmann, Irina Maknami, Mariette Sanders-Van Gansewinkel et Bernard Maurel, ont été sans appel. La difficulté du tracé proposé a été créditée d’un 9,4/10. Du reste, le couple a obtenu d’excellentes notes, la moins bonne étant 6,5/10, donné à quatre reprises pour les mouvements au pas.



Damsey FRH quitte les terrains de compétition par la grande porte

Longtemps en tête, Helen Langehanenberg a dû espérer pouvoir achever la carrière de son fidèle Damsey FRH par une victoire. Finalement, le couple s’est incliné. Malgré tout, l’étalon de dix-neuf ans a délivré une très belle prestation. Toujours aérien et élégant, l’Hannovrien a décroché plusieurs neuf et offert une superbe ligne de changements de pied au temps. Les juges ont apprécié sa reprise à 82,050 %.

Non sans émotion, Helen Langehanenberg a quitté la piste en enlaçant tendrement l’encolure de son compagnon. Vendredi, la trentenaire annonçait que l’échéance de Doha serait la dernière compétition internationale de sa monture. “Même si nous pensons à cela depuis longtemps, ici, à Doha, la décision a été prise de manière assez spontanée : samedi, après le freestyle, Damsey doit faire ses adieux…”, a notamment écrit la cavalière sur sa page Facebook. “Bien, cela aurait été plus agréable de le faire en Allemagne, devant son public. Mais en période de Coronavirus, comme sa propriétaire Louise Leatherdale, sa copropriétaire Susanne Meyer et moi-même en avons convenu, ce n'est tout simplement pas quelque chose qui peut être planifié. [...] Nous ne voulons pas non plus fermer le livre catégoriquement sur ce point. Nous allons donc laisser la porte de derrière ouverte pour nous et Damsey et peut-être le présenter à un ou deux spectacles cette année. Si et quand le moment sera venu.

Arrivé dans les écuries d’Helen Langehanenberg en 2016, Damsey a participé à l’or collectif des Allemands aux Européens Longines de Götebog en 2017, et a également offert une médaille de bronze à sa cavalière lors de la finale de la Coupe du monde Longines de Göteborg en 2019. “Damsey est un cheval très spécial, avec un charisme absolument brillant et un caractère remarquable. J'ai appris énormément de choses grâce à lui - en particulier l'acceptation. Il me donne tout, mais il est aussi exigeant. Et il s'attend à être pris comme il est”, a repris sa cavalière, avant d’assurer qu’elle ferait tout son possible pour ne pas fondre en larmes ce samedi.



Morgan Barbançon ne démérite pas

Le tiercé gagnant a été complété par une autre Allemande : Dorothée Schneider. En selle sur Faustus 94 cette dernière a décroché une note moyenne de 81,865 %. L’amazone a fini très fort, grâce à un travail au galop quasi-irréprochable et très plébiscité par les juges, le tout souligné par une musique bien choisie. Malheureusement, le couple a perdu quelques précieux points sur les airs relevés. Crédité de notes avoisinant le 7/10, le passage et le piaffer du hongre ne sont pas ses plus grands atouts. 

Brillante hier et auteure d’un record personnel, Morgan Barbançon, seule représentante tricolore à s’être déplacée jusqu’à Doha, n’a pas démérité. Avec son fidèle Sir Donnerhall II, la Française, qui a longtemps couru sous couleurs espagnoles, est entrée en piste sur le titre de Zazie, Je tourne en rond. Mais, heureusement, la cavalière n’a pas tourné en rond sur le carré. Bien au contraire, elle a présenté une reprise plaisante, sans faute majeure. Cela lui a valu une note finale de 78,655 %. Le pas allongé, un peu contracté, ainsi que les transitions passage-piaffer auront empêché le couple de remonter au classement final.

Les résultats complets ici.