Faut-il se réjouir ou regretter le départ de certains des meilleurs poneys français à l’étranger?

Sligo de Mormal, Rexter d’Or, Pumkins Pondi… Si la France peut se targuer de produire et de former d’excellents poneys, notamment des Français de Selle et des Connemaras, elle semble peiner de plus en plus à retenir ses champions, qui prennent souvent le chemin d’écuries étrangères. Est-ce le fruit d’une volonté assumée? L’élevage français serait-il victime de son succès, et les jeunes cavaliers tricolores de la concurrence d’autres acteurs européens aux moyens plus importants?



Chaque année, des poneys français, tous meilleurs les uns que les autres, partent briller à l’étranger. Qu'il s'agisse de Sligo de Mormal (Con, Don Juan V x Banagher Magee), ancien pilier de l'équipe de France Poney, monté par Thomas et Pauline Scalabre, ou de Rexter d'Or (PFS, Dexter Leam Pondi x Elf d’Or), autrefois la monture de Louise et Victoria Tachet puis de Nina Mallevaey, ces départs ne passent pas inaperçus au sein de l'équipe de France, ni aux yeux du public.Sligo de Mormal et Rexter d'Or ont en effet été de précieux atouts pour l'équipe nationale, ayant notamment contribué à sa victoire lors du championnat continental de Millstreet, en...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Essayez pour 1€ sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe