Des origines des chevaux olympiques de Rio 2016

L’étude des pedigrees des deux cents chevaux ayant participé aux Jeux olympiques de Rio révèle de nombreux éléments intéressants pour les éleveurs rêvant de produire un crack de concours complet ou de saut d’obstacles. Elle permet aussi de jauger les rapports de force entre les différents stud-books et grands pays d’élevage, mais aussi de mesurer l’incontestable influence du Pur-sang, du Selle Français et de l’Anglo-Arabe. Aujourd’hui, le premier épisode est consacré au complet.



D’abord, il faut admettre que la plupart des grands stud-books européens n’ont pas fait de la sélection pour le concours complet une priorité, privilégiant jusqu’à présent le saut d’obstacles et le dressage, les deux principaux marchés pour le cheval de sport – “Business is business”! Il appartient donc aux cavaliers de se débrouiller pour choisir des chevaux ayant les qualités requises parmi l’offre existante. Tout d’abord, et désormais prioritairement, ce partenaire doit présenter des allures efficaces, voire brillantes. Il doit aussi disposer de bonnes aptitudes au saut, autrement dit être performant au moins à 1,30 m, voire 1,40 m, pour plus de...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Essayez pour 1€ sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe